Home Accueil
PRESENTATION DU DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 (DOB)
Écrit par Le Sécretariat Général Photographe ABIB DIALLO   
Lundi, 04 Janvier 2016 22:18

Retrouvez sur le site la présentation du Débat d'Orientation Budgétaire (DOB), qui a eu lieu lors du Conseil municipal du samedi 26 décembre 2015 et qui fixe les orientations de la municipalité pour l'exercice budgétaire 2016.

Mesdames, Messieurs les Conseillers,

La Loi 2013 – 10 du 28 Décembre 2013 portant Code Général des Collectivités Locales, en son article 253 alinéa premier, dispose: « Au moins un mois avant l’examen du budget d’une Collectivité Locale, un débat a lieu dans son Conseil sur les orientations budgétaires ».

Conformément à cette disposition de ladite Loi, le Conseil municipal est convoqué en réunion ce matin. Il s’agit de poser un jalon important et incontournable dans le processus d’élaboration du budget de la Ville.

Cette rencontre de partage offre à notre assemblée délibérante l’heureuse opportunité de procéder à des échanges fructueux, des analyses approfondies, en vue de dégager les orientations prioritaires devant figurer dans le document budgétaire de 2016, tant en section de fonctionnement qu’en section d’investissement.

Le document que nous vous avons fait parvenir, comme rapport introductif à nos débats, prend en compte l’essentiel des propositions issues des commissions techniques du Conseil Municipal ainsi qu’une partie des réflexions émises lors des assises de la Ville et dont les actions prioritaires sont planifiées dans le temps. Les suggestions et autres propositions que vous voudrez bien formuler enrichiront sensiblement ce rapport qui s’articule globalement autour de trois axes :

  • Présentation sommaire du budget 2015 et son niveau d’exécution ;
  • Identification des problèmes rencontrés dans l’exécution du budget;
  • Orientations budgétaires pour l’année 2016.

I)     PRESENTATION SOMMAIRE DU BUDGET 2015 ET SON NIVEAU EXECUTION:

A)   PRESENTATION SOMMAIRE DU BUDGET 2015 :

Le budget 2015 de la Ville de Rufisque, adopté par le Conseil municipal en sa séance du 21 Février 2015 et approuvé par le représentant de l’Etat à la date du 13 Mars 2015, suivant arrêté n. 004/DR, s’équilibrait en recettes et en dépenses à la somme de six milliards trois cent soixante dix millions six cent quatre mille quatre cent quatre vingt seize (6 370 604 496) francs CFA dont :

  • Cinq milliards trois cent six millions quarante mille neuf cent quarante six (5 306 040 946) francs CFA en fonctionnement ;
  • Un milliard soixante quatre millions cinq cent soixante trois mille cinq cent cinquante (1 064 563 550) francs CFA en investissement.

Au cours de la gestion, ce budget a fait l’objet d’une autorisation spéciale pour un montant de six cent dix huit millions quatre cent quatre vingt mille  (618 480 000) francs CFA, ce qui porte ainsi le budget 2015 à la somme de six milliards neuf cent quatre vingt neuf millions quatre vingt quatre mille quatre cent quatre vingt seize (6 989 084 496) francs CFA, répartie comme suit :

  • Cinq milliards neuf cent neuf millions cinq cent vingt mille neuf cent quarante six (5 909 520 946) francs CFA en fonctionnement ; et
  • Un milliard soixante dix neuf millions cinq cent soixante trois mille cinq cent cinquante (1 079 563 550) francs CFA en investissement.

B)    EXECUTTION DU BUDGET AU 31 OCTOBRE 2015

1) Les recettes :

Le recouvrement des recettes de la Ville de Rufisque, au 31 octobre 2015, a atteint trois milliards cent quatre vingt douze millions six cent cinquante neuf mille neuf cent seize (3 192 659 916) FCFA dont :

-         Trois milliards vingt six millions quatre cent soixante six mille neuf cent trente neuf (3 026 466 939) francs CFA en fonctionnement ;

-         cent soixante six millions cent quatre vingt douze mille neuf cent soixante dix sept (166 192 977) francs CFA en investissement.

Le niveau du recouvrement connaîtra sans doute une nette amélioration, une fois que les rôles complémentaires seront disponibles. En effet, les séances que nous avons tenues avec des responsables de la Direction des Impôts et des Domaines au sujet de ces rôles, particulièrement sur le non enrôlement de certaines structures, nous fondent à être optimistes.

En ce qui concerne les investissements, il faut souligner que les problèmes de trésorerie rencontrés au courant de l’exercice 2015 ont rendu impossibles les mouvements financiers souhaités, ce qui explique du coup le faible niveau de réalisation des recettes d’investissement.

2)    Les Dépenses :

Les dépenses effectuées, au 31 Octobre 2015, s’élèvent à trois milliards cent quarante six millions deux cent soixante treize mille cinq cent quatre vingt et un (3 146 273 581) FCFA dont :

-         deux milliards neuf cent quatre vingt dix huit millions six cent soixante deux mille cinq cent quarante et un (2 998 662 541) francs CFA en fonctionnement;

-         cent quarante sept millions six cent onze mille quarante (147 611 040) francs CFA en investissement.

Ce faible niveau d’exécution des dépenses d’investissement se justifie par le faible niveau de réalisation des recettes d’investissement.

II- PROBLEMES RENCONTRES DANS L’EXECUTION DU BUDGET 2015

Comme nous l’avions constaté l’année dernière, l’exécution des budgets des Collectivités Locales se heurte généralement à des difficultés liées à la non maîtrise des recettes et de leur recouvrement surtout pour les impôts locaux. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces collectivités ont toujours souhaité leur implication dans la fixation de l’assiette des rôles et la perception desdits impôts.

S’agissant de notre cas propre, il convient de signaler qu’une bonne partie des recettes de 2015 a été utilisée par anticipation pour combler le déficit de trésorerie de la gestion de 2014. Déficit lié au non remboursement intégral de l’avance de trésorerie due au 31 juillet 2014.

De même, les salaires des mois de novembre et décembre 2014 ont été payés dans la gestion de 2015, ce qui  explique qu’en définitive, 14 mois de salaires auront été payés en 2015.

Il s’y ajoute qu’en cours d’exercice, le Receveur-Percepteur municipal du Département de Rufisque nous invitait à prendre une délibération relative à une autorisation spéciale d’un montant de plus de cinq cent millions (500 000 000) FCFA, suite à la publication des rôles qui fixaient la patente de la SOCOCIM à deux milliards six cent millions (2 600 000 000) FCFA au profit de la Ville.

Le Conseil municipal a alors été convoqué à cette fin et a pris les dispositions nécessaires pour procéder à l’affectation de ce montant. Mais, contre toute attente, deux jours après la tenue de ce Conseil, l’on nous informait d’un dégrèvement partiel en faveur de la SOCOCIM et au détriment de la Ville. Celle-ci n’a pu, en fin de compte, rentrer dans ses fonds nonobstant l’Avis à Tiers Détenteur émis par le Payeur au niveau des banques.

A cette difficulté de taille est venu s’ajouter le retard pris par la sortie des rôles complémentaires. Toutefois, la Ville fonde un espoir légitime sur la publication très prochaine de ces rôles.

Force est de reconnaître que le Maire de la Ville s’est investi sans compter pour la recherche de solutions à ces difficultés.

III- ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L’ANNEE 2016 :

Les orientations budgétaires de 2016 seront axées sur deux points :

-         La mobilisation des ressources ;

-         Les propositions d’orientations pour les dépenses.

a) Mobilisation des ressources :

Depuis l’avènement de l’acte 3 de la Décentralisation et la publication de la loi 2013 – 10 du 28 Décembre 2013 portant Code Général des Collectivités Locales, les principales ressources des Villes proviennent des impôts locaux  et du foncier, difficilement recouvrables, en raison des contraintes évoquées plus haut.

Toutefois, pour pallier cette situation et améliorer la mobilisation de ses ressources, la Ville a entamé, depuis cette année, une nouvelle démarche qui lui a permis de tenir plusieurs rencontres avec les services fiscaux notamment ceux de Rufisque et la Direction Générale des Impôts et des Domaines.

Nous poursuivrons cette démarche en multipliant les rencontres afin d’avoir un œil vigilant sur les déclarations objectives des structures de la place. Au préalable, nous procéderons à des recensements successifs en vue de la mise à jour régulière du fichier des entreprises que nous avons en notre possession.

En ce qui concerne le foncier, le dispositif déjà en place sera renforcé et amélioré pour éviter les évasions de recettes et booster le recouvrement. Les opérations de recensement se poursuivront sur la base d’adressage déjà disponible, aux fins de disposer d’un fichier crédible, reflet fidèle de la réalité.

En application des dispositions du Code Général des Impôts notamment en son article 308, le Maire va mettre en place une commission  en charge de la fiscalité pour l’amélioration des recettes représentant la contribution foncière. Cette commission va procéder au suivi et à l’évaluation des opérations de recensement de tous les immeubles bâtis ou non bâtis situés dans le périmètre communal.

Pour l’atteinte de ces objectifs, l’appui et l’accompagnement des services des Domaines, des Impôts, du Cadastre et de l’Urbanisme nous seront d’une grande utilité.

b) propositions d’orientations pour les dépenses :

Lors de la confection du budget 2015, un accent tout particulier avait été mis sur la réalisation d’études devant conduire à l’exécution des travaux en vue. Malheureusement, les difficultés de trésorerie signalées plus haut ont constitué une sérieuse entrave à la concrétisation des projets déclinés en son temps.

Pour cette raison, nous nous trouvons, aujourd’hui, dans l’obligation de reporter une grande partie des inscriptions de l’année dernière dans le budget de 2016. Cette démarche nous permettra de solder tous les décomptes des marchés en cours d’exécution, mais aussi de nous inscrire dans une logique d’achèvement des chantiers lancés, il y a de cela quelques années.

Toutefois, force est de reconnaître que certaines préoccupations du Conseil municipal ont connu une réponse satisfaisante dans le courant de l’exercice 2015.  A titre d’exemples nous pourrions citer :

  • le plan d’urgence qui avait pour objectif le désencombrement du marché central, des artères du centre-ville, l’éclairage du Boulevard Maurice GUEYE, le curage des canaux à ciel ouvert et des caniveaux, le balayage et le désensablement des rues et ruelles ;
  • la tenue des Assises de Rufisque qui ambitionnait de concevoir un plan de développement durable pour la Ville. Les conclusions des travaux restent à consigner dans un document de référence qui sera diffusé largement au Sénégal et à l’étranger. Ainsi, pourra être assurée la promotion des différents projets contenus dans le Plan de Développement Durable pour la Ville (PDUD)

Par ailleurs, comme par le passé, des efforts significatifs seront faits en 2016,  en ce qui concerne le fonctionnement, à travers une prise en charge correcte des secteurs sociaux de base tels que la santé, l’éducation, l’action sociale, la subvention destinée à l’entretien des lieux de culte, la formation, l’hydraulique, l’énergie etc.

D’autre part, l’année 2016 sera mise à profit pour la mise en œuvre de certains projets structurants de la Ville mais aussi pour la poursuite du plaidoyer pour l’assainissement et la protection du littoral ainsi que pour le démarrage effectif du projet Dakar-Gate.

Il faut signaler que ces projets épousent les propositions et suggestions pertinentes formulées par les Commissions Techniques du Conseil Municipal.

L’alliance harmonieuse des projets structurants et des propositions des commissions techniques de notre auguste conseil a permis d’élaborer un programme qui sera déroulé par le Conseil municipal à compter de 2016. Ce programme se présente comme suit :

1) Mobilité Urbaine:

Elle concerne particulièrement la réhabilitation de la voirie, la mise en place d’un plan de mobilité et le désencombrement des artères de la Ville occupées de façon anarchique.

Pour rappel, l’inscription en voirie, pour l’exercice 2015 s’élevait à cinq cent trente quatre millions cent mille cinquante trois (534 100 053) francs CFA et concernait uniquement la colonne des dépenses engagées et non mandatées (DENM) au profit des entreprises DG Travaux et Henan Chine chargées de réaliser l’ensemble des travaux de voirie en cours.

Au courant de l’exercice 2015, un certain nombre de décomptes a été présenté et payé aux bénéficiaires. L’inscription en voirie en 2016 va concerner surtout les reliquats non encore honorés.

En 2016, il sera aussi prévu une inscription budgétaire pour la réhabilitation de la voie dégradée du centre - ville, à travers le pavage des rues du marché et de celles situées dans la proximité immédiate. Cette initiative permettra d’améliorer la mobilité et de contrarier définitivement toute tentative de réoccupation des lieux libérés par les marchands ambulants.

De même, nous procéderons, dans la Commune de Rufisque-Nord, à la réhabilitation du tronçon qui va du pont de Dangou (école Ahmadiya) à la bretelle de l’axe longeant la voie ferrée via le pont Gabin.

Il s’agit d’un axe stratégique très fréquenté et qui se trouve dans un état de dégradation très avancée. Toujours dans cette même commune,un effort sera consenti pour la réhabilitation de la pénétrante de Santhiaba sur un linéaire de 300 m entre la route de Sangalkam et Keur Cherif (Diameguene).

En ce qui concerne la Commune de l’Ouest, nous avons retenu l’option de réaliser des travaux de revêtement de chaussée pour voie d’accès Diokoul Kher.

Par ailleurs, la mise en place d’un plan de mobilité conforme aux recommandations des assises de la Ville est envisagée. Ce plan permettra d’organiser les transports par calèches, taxis-clandos et minibus et de réglementer la circulation des camions et autres poids lourds.

L’opération de désencombrement effectuée au niveau du marché et du centre- ville a été globalement réussie. La brigade municipale que nous avons mise en place a effectué un travail que nombre de rufisquois ont apprécié. Dans un souci de performance et d’efficacité accrues, nous nous efforcerons de mieux encadrer les membres de cette brigade et de leur assurer une formation continue.

Toutefois, la réflexion est déjà engagée en vue de la transformation de cette brigade en Police municipale administrative. Deux (02) véhicules de liaison  seront mis à disposition pour faciliter la tâche à cette nouvelle structure.

2) Assainissement et cadre de vie:

Les mesures prises, en 2015, pour lutter contre l’insalubrité seront maintenues et renforcées en 2016 afin que disparaissent, définitivement, les dépôts sauvages d’ordures. L’installation de corbeilles de rues dans le centre ville et le long de certaines grandes artères contribuera à la propreté de notre cité et la rendra plus attrayante.

Il convient de saluer l’idée lumineuse du Maire en matière de propreté des quartiers: le lancement d’une compétition qui visera à récompenser les quartiers qui se seront le plus distingués dans ce domaine.  En termes d’accompagnement, nous prévoyons une dotation en matériels et équipements divers (pelles, brouettes, râteaux etc.) en faveur des conseils de quartier. Il serait souhaitable que les Communes apportent leur contribution à l’instar de la Ville.

La mise en place d’une unité de récupération et de valorisation des déchets, autre recommandation forte des assises, recoupe les préoccupations du Maire.

L’étude y afférente sera réalisée en 2016. Après quoi, les démarches relatives à son exécution seront entreprises.

S’agissant du curage des canaux à ciel ouvert et des caniveaux, l’équipe municipale en fait une priorité pour 2016, comme ce fut le cas en 2015.

Une demande de renseignements et de prix ouverte avait été lancée, en son temps, pour le curage complet des canaux de ceinture et de l’Est.

Dans le même ordre d’idées, il convient de signaler le recrutement, suite à un appel à candidature, de 140 manœuvres pour le désensablement des artères et ruelles de la Ville ainsi que le maintien des canaux à ciel ouvert et de caniveaux dans un état de propreté permanente.

Le projet d’acquisition d’une tractopelle en 2015 n’a pu se concrétiser à ce jour. Nous comptons le réaliser cette année et procéder également à la réparation de la pelle mécanique pour accompagner la DST dans son programme de nettoiement et d’entretien des canaux.  De même, l’acquisition d’un camion et d’un poquelin est en vue.

Par ailleurs, dans le cadre du programme d’assainissement de 10 villes porté par le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, l’Etat du Sénégal a prévu une enveloppe de trois milliards au profit de Rufisque, enveloppe destinée à la réhabilitation du réseau d’évacuation des eaux usées, à l’augmentation de la capacité des deux stations de pompage, à la construction d’une station d’épuration, d’une nouvelle station de traitement des boues de vidange, de 50 édicules et, enfin aux branchements domiciliaires de 2500 ménages.

En ce qui concerne le cadre de vie, nous informons le Conseil que l’étude relative à l’Avant-Projet Sommaire (APS) concernant l’extension et la modernisation du Boulevard Maurice GUEYE a été réalisée en 2015 par le Cabinet IDEV.

Le Ministère en charge du Renouveau Urbain a lancé un appel d’offres pour le démarrage des travaux de rénovation du Boulevard avec trames paysagers, allées piétonnières, signalisation, drainage, espaces de détente, éclairage au solaire etc. Notre ambition est de faire de ce boulevard l’un des plus beaux du Sénégal, voire d’Afrique. Les travaux  initiés par la Ville, combinés avec ceux de l’Etat nous permettront d’atteindre, sans doute, cet objectif.

3) Energie et Hydraulique :

L’éclairage du boulevard Maurice GUEYE était une priorité majeure de la nouvelle Equipe municipale en raison des longues années au cours desquelles ce boulevard baignait dans une obscurité absolue, source d’insécurité pour les populations. L’urgence liée à cette question fait que la Ville a cru devoir accompagner l’entreprise en charge des travaux en dépit de ses défaillances. Aussi, les décomptes présentés par celle-ci ont-ils été réglés.

Il est envisagé en 2016 la réhabilitation, la densification et l’extension du réseau d’éclairage public. Des quartiers comme Gouye Mouride, Darou Rahmane ainsi que les nouvelles cités à l’Ouest de la Ville sont ciblés en priorité.

Par ailleurs, nous espérons bénéficier en 2016 d’une dotation de 1500 lampadaires fonctionnant au solaire et offerts par l’Etat sénégalais.

En ce qui concerne l’hydraulique, il faut signaler qu’en dehors du programme de l’Etat relatif aux branchements domiciliaires de 2500 maisons, la Ville, comme à l’accoutumée, va prévoir dans son budget une inscription pour permettre à certains quartiers d’avoir accès à l’eau potable.

4) Santé :

Nos difficultés financières de l’année dernière ne nous ont pas permis d’acquérir certains équipements médicaux prévus dans le budget de 2015. Grâce au relèvement, cette année, de l’enveloppe consacrée à ce secteur, des équipements de qualité pourront être acquis.

Par ailleurs, en collaboration avec les Maires des Communes, nous procéderons à la réhabilitation des structures sanitaires existantes et envisageons des aménagements facilitant l’accès aux patients à mobilité réduite.

De même, nous réfléchissons à la possibilité d’acquérir, au profit de chaque Commune, une ambulance et un corbillard.

En outre, il est envisagé, comme l’année dernière, une participation à la Couverture Maladie Universelle pour la prise en charge médicale des populations démunies. Avec les partenaires et autres ONG, nous ambitionnons aussi de multiplier les consultations médicales gratuites.

5) Education et Formation :

En 2015, l’accent était mis surtout sur l’enseignement supérieur. C’est ainsi que nous avions pris en charge la location d’un immeuble à Dakar au profit des Etudiants rufisquois, et octroyé des subventions aux Etudiants des Universités de Gaston Berger et de Bambey ressortissants de Rufisque. Pour l’heure, une réflexion est engagée dans le sens d’une prise en charge plus efficace des préoccupations de nos étudiants.

S’agissant des bourses et allocations scolaires, le Maire a mis en place une commission en charge de ces questions. En 2015, une liste de bénéficiaires a été publiée par ladite commission. Malheureusement, le paiement n’a pas été effectif. Nous envisageons de relever en 2016 l’inscription afin d’honorer les rappels de l’année dernière et de payer les allocations au titre de la présente année académique.

La promotion de l’excellence constitue un souci majeur pour le Maire. Aussi, la Ville envisage t-elle l’organisation, chaque année, de cérémonies de distribution de prix à nos meilleurs élèves.

En ce qui concerne la formation, des sessions de renforcement de capacités destinées aux élus et aux agents municipaux dans leurs domaines de compétences seront organisées suivant un planning bien défini.

6) Action sociale :

Les efforts  consentis par la Ville, l’année dernière, en termes de secours aux indigents et aux sinistrés seront maintenus voire même renforcés, en 2016.

Le service social de l’Institution municipale, en collaboration avec la Commission technique en charge des affaires sociales, travaille de manière collégiale pour une bonne prise en charge des préoccupations des populations démunies.

En vue de l’amélioration de la situation administrative des agents municipaux, le Maire a créé une commission dite de requalification chargée d’étudier minutieusement les dossiers des uns et des autres. Cette commission prendra en compte les diplômes (reconnus par la fonction publique ou le CAMES), les profils et l’ancienneté pour le reclassement et l’affectation des agents. Elle est déjà à pied d’œuvre et remettra bientôt ses conclusions au Maire. Cette opération, assurément, aura une incidence financière dans le budget 2016.

Par ailleurs, les agents qui effectueront régulièrement des heures supplémentaires percevront les indemnités y afférentes.

7) Femmes, Jeunes et Emploi :

Lors de la dernière session du Conseil municipal en date du 04 novembre 2015, notre assemblée délibérante avait adopté une délibération nous habilitant à signer une convention avec le FONGIP. Ainsi, en partenariat avec cette structure nous allons débloquer cent (100) millions de Francs CFA au même titre qu’elle pour mettre en place un fonds de garantie de 200 millions de Francs CFA en vue de lever 600 à 800 millions de Francs CFA destinés au financement de projets de groupements de jeunes et de femmes de la Ville de Rufisque.

A ce propos, il convient d’annoncer la signature prévue ce mois de décembre 2015 de la convention devant lier le FONGIP et notre Institution.

8) Sport :

L’une des préoccupations qui habite le plus le Maire dans le domaine du Sport, c’est l’achèvement des travaux de réhabilitation du Stade Ngalandou DIOUF, Ainsi, les activités sportives telles que les « navétanes » et les championnats pourront reprendre dans la Ville au grand bonheur de nos concitoyens.

Celle-ci continuera de faire pression sur le maître d’ouvrage délégué pour la finition des travaux de ce chantier.

Afin de pallier le non achèvement éventuel du chantier, des inscriptions seront faites pour l’aménagement d’un parc de sports dans chaque Commune pour prendre en charge les préoccupations des Jeunes.

En outre, la Ville accompagnera, à travers l’octroi de subventions, les clubs d’élite qui se seront distingués dans leurs domaines respectifs.

Enfin, le partenariat public et privé sera sollicité pour la mise en place d’une piscine olympique municipale.

9) Affaires religieuses :

Les situations financières peu favorables de 2014 et 2015 ne nous ont pas permis d’envoyer des pèlerins aux Lieux Saints de l’Islam et de la Chrétienté. Des efforts seront consentis, dans le budget 2016, pour renouer avec cette pratique.

De même, la Ville contribuera à l’entretien des lieux de culte, par l’octroi de subventions.

Par ailleurs, nous informons le Conseil que la procédure devant conduire à l’acquisition d’un deuxième cimetière au profit de nos concitoyens de confession chrétienne est dans sa phase de finalisation. Nous allons également poursuivre nos démarches pour l’acquisition de terrains contigus en vue de  l’extension des cimetières de Thiawlene et de Dangou.

10) Sécurité et Prévention:

La sécurité constitue une préoccupation majeure de l’équipe municipale. C’est pourquoi, il est envisagé, en synergie avec l’Etat du Sénégal, l’installation d’un nouvel hôtel de police dans la Ville. Le financement est disponible et les démarches pour l’acquisition du terrain devant l’abriter sont en passe d’être terminées.

11) Commerce :

La création d’un nouveau centre commercial moderne, autre projet- phare de la Ville, est toujours d’actualité. Les démarches transactionnelles auprès de la famille propriétaire du site abritant le foirail ont démarré depuis quelque temps. Si elles s’avèrent concluantes, nous comptons acquérir, cette année, ce terrain pour la réalisation de cette importante infrastructure. Le partenariat public et privé sera mis à contribution.

12) Communication :

Dans le cadre de la Communication, la Ville va  faire une inscription dans le prochain budget pour la concrétisation du projet d’installation d’une radio télévision municipale à Rufisque. Les études y afférentes sont finalisées et la demande de fréquence déjà formulée.

13) Patrimoine Historique et Culture :

Notre ambition est de faire de Rufisque une Ville d’histoire moderne et attractive. Pour ce faire, nous allons, en 2016, élaborer un plan d’aménagement spécifique du centre ville pour restaurer et valoriser les potentialités architecturales susceptibles de promouvoir le développement culturel et touristique.

Dans le domaine de la culture, en rapport avec nos acteurs culturels et les experts du milieu, nous allons asseoir une politique culturelle locale incluant un programme d’actions culturelles en cohérence avec la programmation nationale.

Nous comptons accompagner les acteurs culturels qui se seront le plus distingués dans leurs domaines respectifs à travers des subventions.

14) La Direction des Services Techniques :

L’équipe municipale se soucie beaucoup de l’état actuel dans lequel se trouve la Direction des Services Techniques municipaux. Un montant était inscrit dans le budget de 2015 pour la réhabilitation de cette Direction, structure- clé dans le fonctionnement de l’Institution.

Toutefois, au cours de l’année, des études approfondies ont permis de constater que l’enveloppe initialement prévue était nettement insuffisante.

La Ville est en pourparlers avancés avec les propriétaires de l’immeuble sis à Keury Kao, afin d’y installer la DSTC. Elle envisage une inscription conséquente dans le prochain budget pour la réhabilitation du bâtiment abritant actuellement ce service stratégique

15) Coopération décentralisée :

S’agissant de la coopération internationale, les orientations pour l’exercice 2016 s’articulent autour de deux points essentiels à savoir : la consolidation des acquis et les perspectives.

-          La consolidation des acquis ;

Nous comptons renforcer les relations de coopération déjà existantes et matérialisées par des conventions entre Rufisque et les villes de Nantes, Hénin-Beaumont et Aulnay Sous-Bois, en France, Fès, au Maroc et Kanifing en Gambie.

-          Perspectives pour 2016 ;

Elles s’articulent autour des axes suivants :

-          Conception, avec les acteurs de la coopération (associations et partenaires),  d’un référentiel de projets validés par la Ville ;

-          Relance de la coopération avec le Soler ;

-          Pose des jalons d’une coopération avec Leira au Portugal ;

-          Suivi du projet de production du film sur Anta Madjiguène NDIAYE, dite Anna Kinsley, pour envisager une coopération avec Jackson Ville aux USA ;

-          Suivi des conclusions du salon Africités 2015 à Johannesburg en Afrique du Sud ;

-          Mise en ligne d’un portefeuille de projets chiffrés, pour la Ville, à l’attention des partenaires nationaux et internationaux ;

En guise de conclusion, nous estimons que le Projet Dakar Gate constitue une réponse pertinente aux préoccupations liées à l’érosion côtière. A ce sujet, nous sommes heureux de vous informer que nous avons tenu différentes réunions avec les autorités étatiques qui, unanimement, approuvent le projet et se montrent tout à fait disponibles pour œuvrer à sa réalisation. Le financement du projet sera totalement assuré grâce au partenariat.

Voilà Mesdames, Messieurs les Conseillers, les grandes orientations budgétaires de l’exercice 2016 que j’ai l’honneur de soumettre à votre appréciation.

 

 

Daouda NIANG.

 

Le budget de la ville de Rufisque adopté à 6 684 305 495 F CFA

le budget de la Ville de Rufisque, exercice 2017, est adopté en recettes et en dépenses à la somme de 6 milliards 684 millions 305 mille 495 F CFA dont 5 368 969 378 FCFA, en fonctionnement, et 1 315 336 117 FCFA, en investissement.

RUFISQUE : Une Ville en mutation (Cellule de Com)

QUAI DE PÊCHE RUFISQUE

Nos Visiteurs

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
391
Hier :
358
Semaine :
2855
Mois :
7933
Total :
278979
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités
se_module_calendrier_76 - style=default - background=
<<   201607<20176 juillet 2017 >20178   >>201807
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
76201707

Ville de Rufisque